« Ordonnance bien-être pour garder la ligne durant le sevrage »

Avant tout, rappelez-vous : prendre du poids quand on arrête de fumer n’est pas une loi inéluctable ! Le risque n’existe vraiment que s’il y a compensation dans la nourriture !

Il y a prise de poids lorsque l’apport énergétique est régulièrement supérieur à la dépense journalière. Un repas festif ne suffit pas à déséquilibrer le poids sur la durée.

Aucun aliment ne fait grossir en soi! Ce sont les proportions prises qui peuvent faire prendre du poids!
Surtout ne pas viser la perte de poids en plus du sevrage ! C’est le meilleur moyen d’en prendre! Les restrictions n’engendrent que des frustrations et les frustrations des pulsions… et vous entretenez le cercle vicieux des restrictions et des crises de compulsions, aussi préjudiciable à votre corps qu’à votre tête !

En bref, ne pas s’interdire mais se mettre des limites… c’est éviter la loi du tout ou rien et conserver un bon équilibre.

Il est possible de manger pour partager, même sans faim, une bouchée amicale autour d’un verre ou s’autoriser une petite gourmandise. Cette prise alimentaire est alors agréable, limitée et ne pose pas de problème.

Les régimes qui éliminent des catégories d’aliments sont voués à l’échec !
La perte de poids est souvent spectaculaire tout autant que le sera la reprise des kilos perdus dès que l’alimentation redevient classique.
Supprimer les glucides systématiquement c’est prendre le risque, un jour ou l’autre, de s’en remplir sans faim et sans fin…
Intégrés dans une alimentation équilibrée, ni le pain ni les féculents ne font grossir, au contraire, ils sont satiétogènes et limitent donc la faim, les grignotages et les pulsions alimentaires.

Quelques astuces pour aller plus loin :

  • Organisez les courses de la semaine.
  • Lâchez la restriction alimentaire, le calcul obsessionnel des calories.
  • Diversifiez vos achats, allez de temps à autre vers des produits nouveaux. Sortez de la routine alimentaire, car la lassitude et la fadeur de vos repas peuvent générer par la suite des envies incontrôlées.
  • Faites le lien entre émotions et aliments: faites alors appel à une technique de relaxation ou de respiration, prenez un bain, dansez, chantez, dessinez, faites une ballade, appelez une amie.
  • Prenez le temps de mastiquer, de savourer.
  • Mangez lentement.
  • Prenez au moins trois repas.
  • Mangez « conscient », dans le calme. Un repas sur le pouce, avalé à toute vitesse ou en occupant son esprit à autre chose n’est pas un repas prit dans des bonnes conditions; on y prend alors peu plaisir. Résultat: plaisir manquant, frustration et risque de crise.
  • Pratiquez le sport de façon régulière mais douce et non pas à outrance.
  • Buvez beaucoup d’eau.
  • Limitez les boissons alcoolisées ou sucrées.

Vous voulez en savoir plus ?
Vous craignez un trouble du comportement alimentaire ?
Visitez notre blog  Se libérer des troubles alimentaires , vous y trouverez plein de clés 🙂 !

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.