Peut-on réussir son sevrage lorsque l’on se sent déprimé et anxieux ?

Je ne parle pas ici d’un état dépressif temporaire qui peut surgir pendant ou après le sevrage mais bien d’une dépression déjà présente avant d’arrêter le tabac.

Bien sûr, il n’y aura jamais de moment parfait pour pouvoir arrêter. Le plus important restera toujours votre motivation.

Néanmoins, il sera particulièrement important de tenir compte de votre état psychologique actuel afin d’être accompagné(e) au mieux dans votre parcours.

Le mot dépression est parfois utilisé à tous vents même pour des moments difficiles ponctuels. Ressentir des moments de tristesse ou de colère ou de frustration ou d’anxiété ne signifie automatiquement que vous souffrez de dépression.
Les émotions sont des indicateurs lumineux vous avertissant que certains de vos besoins n’ont pas été satisfaits. Elles ont donc une utilité importante et ne sont pas pathologiques en soi.

De la même manière, on peut se sentir un peu raplapla quelques jours parce qu’on a accumulé du stress ou de la fatigue, sans pour autant être dans une dépression.

Quand doit-on dès lors s’inquiéter et prévoir une aide pour le sevrage ?

On peut classer les dépressions en deux catégories :

  1. La dépression dite réactionnelle (ou situationnelle) : celle-ci fait clairement suite à un événement qui a ébranlé l’individu : décès, séparation, perte d’emploi, soucis avec les enfants, maladie… Dans ce cas, elle se manifeste assez rapidement, la baisse d’élan vital est assez vertigineuse. En général, elle s’estompe avec le temps (et un suivi). Ainsi, si vous êtes dans une phase de vie où pas mal d’évènements marquants vous ont touchés, prenez vos précautions et songez à vous faire accompagner durant l’arrêt de votre tabagisme.
  2. La dépression majeure : c’est celle qui s’installe et semble nous diriger indépendamment de notre volonté. De ce type de dépression qui semble s’être profondément ancrée et qui prend les commandes de notre esprit.

Dans les deux cas, les symptômes peuvent être intenses (c’est la durée qui fera notamment la différence entre les deux) :

  • Perte de goût pour les choses de la vie
  • Apathie
  • Humeur constamment triste, dépressive (même en cas de bonnes nouvelles)
  • Troubles du sommeil (insomnie ou au contraire hypersomnie)
  • Troubles du comportement alimentaire (ne plus manger ou au contraire compenser dans la nourriture)
  • Troubles de mémoire et de la concentration
  • Sentiments de culpabilité excessifs
  • Perte totale d’estime de soi

Bref autant d’éléments qui vont véritablement affecter les différents secteurs de votre vie et qui peuvent rendre votre sevrage plus ardu.
En effet, le recours à la nicotine a sans doute été un des moyens que vous avez utilisé pour tenter de contrecarrer votre mal-être.

Le sevrage va alors nécessiter un suivi médical et thérapeutique afin de ne pas aggraver votre état mais bien de vous sentir mieux.

L’anxiété

Là aussi, il faut faire la différence entre une anxiété dite « normale » d’une anxiété paralysante qui affecte notre comportement et nos choix de vie.

Elle fait globalement partie de la vie de chacun à un moment ou un autre : voir les factures qui s’accumulent, rechercher un emploi qui n’arrive pas, regarder le journal télévisé en boucle et voilà qu’elle pointe son nez ! No stress, cette anxiété –là peut aussi être présente au moment d’arrêter mais ne vous empêchera pas de vous libérer du tabac.

Si par contre, cette anxiété devient quasi permanente et contamine la majeure partie de vos pensées, il sera opportun d’en tenir compte car la nicotine avec son effet anxiolytique sera difficile à lâcher sans une aide supplémentaire.

S’occuper d’arrêter la cigarette sans tenir compte de votre état est un non-sens. Mettez tous les atouts de votre côté pour vous sentir bien : profitez-en pour traiter ce qui vous empêche de vivre heureux. Des traitements, des thérapies existent : tous deux sont là pour vous soutenir, laissez-les vous aider !

Vous méritez le meilleur de la vie même si vous en doutez encore…

Des questions, des commentaires ? Je vous laisse la parole 🙂

Douce semaine à vous,

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.