Que faire lorsque le tabac est associé à d’autres drogues dures illicites ?

Lorsqu’une personne connaît de sérieux problèmes de toxicomanie, l’entourage ou le milieu médical a souvent tendance à négliger le problème de la cigarette et à le trouver insignifiant.

Et pourtant, le mix-tabac/drogues illicites multiplie sans conteste les effets de chacune des substances et constitue un véritable cocktail explosif. En tenir compte a donc toute son utilité. Dans tous les cas de figure, l’arrêt du tabac peut améliorer l’état de santé et prolonger quelque peu l’espérance de vie, même si on consomme d’autres choses.

Afin d’aider au mieux la personne, il sera indispensable de tenir compte de plusieurs éléments :

  • La dépendance à la nicotine est souvent plus intense chez les personnes addicts à d’autres substances. La raison peut en être d’ordre biologique ou génétique ; pour rappel nous ne sommes pas tous égaux face à la dépendance ( voir article « Pourquoi est-ce facile pour les uns, compliqué pour les autres ? »)
    Le recours aux substituts nicotiniques est donc souvent de rigueur.
  • Plusieurs études tendent à démontrer que les symptômes liés au sevrage sont plus marqués lorsque d’autres drogues sont utilisées. Il faudra en tenir compte pour y pallier au mieux

  • La santé générale de ces personnes est souvent déjà fortement touchée, diminuée. Le côté médical se doit d’être exploré par des examens complets. Chez certains individus, la peau comportant de multiples plaies, les patchs ne sont pas recommandés.
  • La consommation de plusieurs produits affecte de façon plus ou moins importante les capacités cognitives du sujet (cfr la mémoire et la concentration). L’arrêt de la nicotine risque d’amplifier encore ces difficultés dans un premier temps. Là aussi, une réduction progressive via des substituts peut atténuer ces symptômes.

  • Une personne qui est tombée dans la toxicomanie présente souvent des troubles associés tels que : dépression, angoisses, crise de panique, troubles de la personnalité…
    L’interaction entre troubles psychiatriques et conduites addictives est souvent complexe. Outre le suivi médical, on veillera donc à un suivi psychologique régulier

Conclusion :

Peu importe la multiplicité des addictions, en supprimer une ce sera toujours gagner quelque chose et cela permettra de renforcer la confiance en soi. A chaque toxicité en moins, votre corps vous en sera reconnaissant. Bien sûr, dans la vie il y a toujours un risque de mourir lié aux accidents de la vie : si on prend l’image de la roulette russe, ce risque représente une balle dans le barillet et on peut toujours la choper. Fumer, boire, consommer d’autres drogues sont autant de balles rajoutées et de risques supplémentaires de mourir. Aussi, félicitez-vous de chacun de vos pas, si petits soient-ils ; ils finiront par vous mener vers des sommets.

Prenez bien soin de vous,

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.