Mémo de motivation supplémentaire : bannir le tabac pour s’épanouir Sexuellement

Ce petit article pour vous rappeler le mauvais ménage indiscutable que forme le tabac et la sexualité 🙂
Les études sont en effet unanimes, chez les hommes comme chez les femmes, le tabac vient ternir le potentiel sexuel dont vous disposez.
Revoyons cela en détails !

Chez l’homme :

  • Première sphère touchée : l’érection
    Les hommes fumeurs ont deux fois plus de chances de développer des dysfonctions érectiles que les non-fumeurs. Plus de chances et plus vite.
    Pour une érection dynamique, l’irrigation sanguine au niveau des corps caverneux et spongieux de la verge doit être particulièrement bonne. Or le cortège nicotine, CO et autres crasses contenues dans la cigarette ont une action vasoconstrictrice non favorable à l’érection. Petit à petit, le fumeur va voir ses artères péniennes s’obstruer.
    Et même les érections matinales ou nocturnes vont disparaître soulignant l’aspect physiologique du problème. À noter également que la dysfonction érectile ainsi présente peut aussi servir de signal d’alarme avant-coureur d’un problème cardiaque plus grave.
    À surveiller de près…
    Quand bien même l’érection subsiste, elle est souvent moins tonique chez les fumeurs au fil du temps.
  • Les capacités à être fertile sont pareillement réduites chez les personnes fumeuses.

Chez la femme :

  • Première sphère touchée : la phase d’excitation et ce en raison d’une lubrification vaginale qui peut être moindre. Les sécheresses vaginales invalident ainsi beaucoup plus les femmes fumeuses que non fumeuses.
  • Les risques vasculaires sont, eux aussi, beaucoup plus grands et ce d’autant plus que la femme prend une pilule contraceptive (le danger est alors multiplié par 20)
  • La ménopause a également tendance à se pointer plus vite chez les femmes fumeuses
  • Pour la fertilité, mêmes conséquences que chez l’homme, elle est fortement amoindrie par la consommation de tabac.

Conclusion :

Pour prendre son pied et procréer, le corps a besoin de toutes ses ressources santé 🙂
Pensez à éradiquer le tabac plutôt que de balayer votre vie y compris votre vie sexuelle.

Je vous envoie le plein de douceur et de bienveillance.

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

« Mon corps s’est habitué au tabac » ou existe-t-il des fumeurs endurcis ?

« Ça fait tellement longtemps que je fume et je n’ai jamais rien eu de grave, mon corps s’est adapté ! »
« Pour le peu que je fume, mon corps est habitué ! »

Peut-on imaginer un corps qui a appris à cohabiter sereinement avec le tabac ?
Un corps devenu complètement indifférent à sa présence, insensible à ses conséquences ?

Euh…Et bien non les amis !
Ces croyances font partie des illusions générées par votre esprit pour mieux vivre dans votre tête avec votre comportement tabagique.

Dans les faits, fumer n’est jamais sans conséquences. Certes, ses méfaits mettent parfois du temps à éclater au grand jour mais à l’intérieur de vous, des agents de destruction massive agissent, là en souterrain, pas à pas.

Votre corps ne sera jamais heureux d’avoir le tabac dans sa demeure, il ne s’y fera pas ! Bien sûr la nature humaine est parfois surprenante et le corps est capable de supporter les mauvais traitements et la violence qui lui est faite pendant longtemps.
Mais il y a toujours un moment où la limite est atteinte.

Que vous le vouliez ou non, le tabac traumatise tous vos organes sur son passage.

Imaginez son trajet :

Vous allumez votre clope…
Cette mise à feu va mettre en effervescence des centaines de substances chimiques qui en passant dans le tabac vont voir leur concentration encore augmenter.
Vous aspirez…
À chaque bouffée, des traces brunâtres apparaissent sur votre filtre.

Chaque inhalation de fumée va attaquer votre langue, la membrane délicate de vos joues, de votre gorge ; ensuite elle part à la découverte de votre trachée avant de venir faire un coucou à vos poumons.
Là vos cils vibratoires luttent (s’ils arrivent encore à le faire)  pour essayer d’évacuer les substances nocives. Malheureusement, immobilisés par le goudron qui doucement s’installe, ils seront vite inefficaces.

Vos poumons se voient ainsi pris d’assaut par la fumée et les particules nocives dont une partie ne trouvera pas la porte de sortie. Hop, séquestrée dans votre organisme !

Et le parcours ne s’arrête pas là : reste encore toute la sphère gastro-intestinale, la vessie…C’est l’ensemble des organes qui est assiégé par les envahisseurs.

Les cellules commencent alors à être blessées, irritées par ces substances. De ces blessures, certaines vont disjoncter ou devenir cancéreuses. Pour celles qui disjonctent, passe encore, le corps fera tout pour les éliminer…Pour les autres, c’est une autre histoire…

Est-ce vraiment cette maltraitance que vous avez envie de vous infliger ?

Conclusion :

Non, il n’y a pas de fumeurs immunisés contre les nuisances du tabac 🙁

Heureusement, le corps allume souvent ses feux clignotants avant de laisser le cancer embarquer : toux, bronchites à répétition, bobos divers…
Écoutez les signaux de votre corps, ne les ignorez pas, il y va de votre vie.
Et vous méritez bien mieux que cela.
S’il s’agissait de votre voiture, dès qu’un voyant lumineux indiquerait un danger ou dysfonctionnement, vous vous arrêteriez et vous agisseriez.
Allez-vous me prétendre que vous êtes moins important que votre voiture ?
Si vous avez besoin de votre voiture pour vous rendre d’un point A à un point B, vous avez besoin de votre véhicule de vie, le corps, pour vivre et réaliser ce qui vous tient à cœur.

Je vous envoie le plein de force et de détermination pour que l’envie de prendre soin de vous, grimpe en vous !

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Acrosyndrôme ou pourquoi les fumeurs souffrent de douleurs dans les bras et les jambes ?

Qu’est-ce donc ce mot barbare, que recouvre-t-il ?

Comme vous le savez, le tabac diminue les capacités de votre cœur et de votre système circulatoire. Le résultat en est que le sang riche en oxygène a beaucoup de mal à cheminer dans tout votre organisme. C’est ainsi que les vaisseaux de vos bras et de vos jambes sont également touchés et se retrouvent avec un conduit rétréci, ce phénomène est appelé acrosyndrôme.

Privées de sang et d’oxygène, vos jambes entrent en souffrance et des douleurs vives peuvent apparaître. Ce problème est loin d’être anodin, en cas d’ulcère que la peau, la gangrène va facilement y faire son nid avec pour seule solution l’amputation.

Beaucoup diront que ce symptôme doit concerner surtout les personnes âgées…
Malheureusement pas : ce trouble n’a rien avoir avec l’âge et peut toucher tout le monde, aux bras comme aux jambes. Et les personnes qui fument beaucoup en sont les cibles privilégiées.

En un mot comme en cent, pensez à prendre doucement soin de vous afin de continuer à marcher d’un bon pas sur vos deux pieds 😉

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

 

 

Share

Autres dégâts du tabac par ci, par là !

Le lien entre le tabac et le diabète

Chaque cigarette que vous prenez, a un effet hyperglycémiant de part l’action de la nicotine au niveau des récepteurs neuronaux à l’insuline. Le risque de devenir diabétique est dès lors grandement accru lorsque vous êtes fumeur. Et même si arrêter reste la meilleure des solutions, ce risque reste supérieur pendant les 4-5 années qui suivent le sevrage.

Et si le diabète expose notamment à un danger vasculaire, ce risque est doublé avec le tabac qui lui-même a une action négative sur vos artères.

Autre élément non négligeable, l’organisme répond moins bien au traitement lorsque l’on fume et par conséquent, les doses d’insuline seront plus conséquentes que pour un non fumeur diabétique !

Une peau et des cheveux attaqués

Les dégâts cutanés sont malheureusement légions. En cause, une vascularisation moins bonne, une mauvaise oxygénation des tissus, des conséquences au niveau hormonal, et une exposition fréquente aux radicaux libres contenus dans la fumée.

Le résultat : un teint morne et brouillé ! Une peau parfois couperosée et des cernes plus marqués sont également observés.
Et si vous voulez vieillir moins vite mesdames et conserver une bonne élasticité de votre peau, mieux vaut laisser le tabac loin de vous 🙂
Avec la cigarette, les rides ont le don de s’accélérer et vos cheveux n’échappent pas à l’entreprise de démolition : ils seront aussi d’allure tristounette et graisseront plus vite.

Alors si vous voulez être belle ou beau pour sortir, vous savez ce qu’il vous reste à faire 🙂 !
Car la bonne nouvelle, c’est qu’après 2 ou 3 semaines d’arrêt, votre teint est déjà plus rayonnant et vos cheveux plus brillants ! Yes !

Même chose si vous avez tendance à faire de l’acné, votre problème s’en trouvera aggravé par la consommation du tabac.

Enfin, si vous faites un traitement dermatologique pour l’un ou l’autre problème, sachez que vous serez moins à même d’y réagir favorablement si vous êtes fumeur.

Un sourire moins enjôleur

Aucun doute, la bouche en prend un coup tous azimuts : des ridules plus nombreuses autour des lèvres, des dents jaunâtres voire brunâtres, des lésions au niveau de l’émail, des caries plus importantes, des gencives fragilisées, une altération de l’os mais encore, une accélération de la perte de vos dents !

Pourquoi ? Tout simplement parce que la plaque bactérienne voit ses effets potentialisés par le tabac !

Là aussi, certains de ces effets sont réversibles après le sevrage. Pas de panique cependant si après l’arrêt vous souffrez d’aphtes, c’est un phénomène courant et passager 🙂

Allez, là-dessus, je vous fais confiance pour doucement reprendre soin de vous, avoir une meilleure santé et un sourire qui en jette ! 🙂

Une question ? Un commentaire ? A vous de jouer !

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Lorsque la fumée agresse l’organisme des autres

Aujourd’hui, nous allons évoquer les méfaits du tabagisme dit « passif » : à savoir les conséquences de la fumée de cigarette sur l’entourage du fumeur.

En effet, il ne suffit pas de fumer soi pour « bénéficier » des risques de la cigarette.
Ne pas consommer mais vivre aux côtés d’un fumeur constitue également un danger réel pour la santé de l’individu.
Les premiers touchés sont les enfants : la fumée de la cigarette est particulièrement toxique pour leurs poumons encore en développement. Il peut s’ensuivre des problèmes respiratoires chroniques difficiles à déloger !

Les personnes souffrant de maladies cardiaques peuvent aussi voir leur risque de mourir augmenter lorsqu’ils sont exposés régulièrement à la fumée.

Les individus qui ont de l’asthme ou d’autres problèmes respiratoires, voient  également leur état s’aggraver de manière significative lors de contacts prolongés avec des fumeurs.

Pour tous, une exposition régulière, exige du cœur et des poumons un travail supplémentaire non négligeable pouvant conduire à des maladies graves.

Et même sans en arriver jusque là : la toux, une production excessive de mucus ou encore une respiration sifflante sont souvent l’apanage des gens qui vivent auprès d’une personne dépendante au tabac.

Quelques pistes pour préserver vos proches tout en respectant votre besoin ?

  • Evitez de fumer dans des endroits intérieurs peu aérés : les substances toxiques du tabac peuvent rester en suspension dans l’air bien longtemps après l’extinction d’une cigarette
  • Vous êtes invité(e) à diner chez des amis non-fumeurs ? Demandez-leur si cela leur dérange et dans la mesure du possible, veillez à consommer dehors.
  • Ne fumez pas en présence d’enfants, laissez leur développement pulmonaire se faire hors substances toxiques 🙂
  • Si vous êtes non–fumeur et que vous n’avez pas le cœur de demander à vos proches d’aller fumer à l’extérieur, proposez-leur au moins de fumer à proximité d’une porte ou d’une fenêtre ouverte pour ventiler un maximum.
  • Evitez de transformer votre voiture en fumoir si vous transportez des passagers

Et bien sûr, tout cela, c’est en attendant de vous libérer du tabac et de prendre soin de vous comme vous prenez soin des autres 🙂 !

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Impact du tabac sur notre sphère ORL

Nous avons tous quelques connaissances en la matière, mais prenons le temps de passer les troubles possibles en revue 🙂

L’ensemble de notre sphère ORL est fortement touché par notre consommation tabagique :

– L’odorat en prend un coup même si on ne s’en  rend pas toujours compte. C’est souvent lors de l’arrêt que la personne réalise la différence.

– Des problèmes de sinusite chronique sont légions chez le fumeur et ce à double titre : le fait de fumer en tant que tel mais aussi en raison de l’impact du tabagisme sur l’estomac. L’acidité gastrique et le risque de reflux étant plus grands, les sinus en paient aussi les frais.

– Une toux matinale pour les deux mêmes raisons que le point précédent.

– Les cordes vocales peuvent se retrouver fortement irritées entraînant des laryngites chroniques (aux allures parfois de pré-cancer), des problèmes de dysphonie et aussi l’apparition d’une voix de plus en plus rauque.

– Des problèmes d’essoufflement.

– Une augmentation des crises d’asthme chez les personnes qui y sont déjà sujettes à la base.

– Un risque particulièrement accru de cancer et ce à différents niveaux : cavité buccale, larynx, poumons…

– Altération des bronches, des petites bronches, des alvéoles pulmonaires, des capillaires pulmonaires…Constitution d’une muqueuse épaisse qui vient tapisser les parois des poumons.

– Bronchite chronique pouvant conduire à la longue à la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive ;  cette maladie est particulièrement grave et évolue souvent en insuffisance respiratoire handicapante ainsi qu’à des troubles cardio-vasculaires

Ces signaux d’alerte sont généralement proportionnels à l’intensité de la consommation. Néanmoins, chez certains,  l’absence de symptôme tel que la toux donne l’illusion qu’ils sont protégés des risques du tabac… ce qui est un leurre.

Passez une délicieuse semaine et prenez bien soin de vous !

Florence,
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même.

 

 

Share

Le sport réduit-il la toxicité du tabac ?

Et bien non mes amis 🙁 !

Le sport ne va aucunement vous aider à éliminer les composés toxiques des vos cigarettes.

Le sport ne peut donc pas être un alibi pour pouvoir fumer plus !

Pratiquer une activité physique est bon pour votre santé mais ne protège en rien des effets néfastes du tabac.
La seule différence : c’est que vos capacités sportives vont être moindres que si vous étiez non-fumeurs. Et ce pour deux raisons : une sous-oxygénation musculaire d’une part et l’effet irritant de la fumée sur les voies respiratoires d’autre part.

Les sportifs fumeurs ont un taux de CO2 plus élevé dans le sang et une fréquence cardiaque plus importante. La conséquence en est une moindre résistance à l’effort !

Et d’ailleurs, vous verrez, une fois libéré(e), comme votre souffle reviendra en flèche et comme vos performances seront meilleures !

Maintenant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : ce n’est pas parce que la sport ne change rien à votre tabagisme que vous devez rester sans bouger 🙂

Alors n’hésitez pas à vous mouvoir un peu 🙂 !

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même.

Share

Effets du tabagisme sur notre estomac et nos intestins ☹

Premier constat, les ulcères gastro-intestinaux sont plus fréquents chez les fumeurs.
En fait, la nicotine inhalée avec la fumée favorise d’une part, les sécrétions acides et d’autre part, freine les sécrétions tampons du pancréas qui pourraient atténuer cette acidité (je vous épargne ici tous les processus biochimiques en jeu et les termes scientifiques ;-).

La nicotine inhibe également la fabrication par notre muqueuse gastrique d’éléments antiulcéreux. Ce qui est plutôt embêtant en cas de traitement, car l’action des médicaments s’en trouvera diminuée. On aura donc également un taux de récidive plus élevé.

systeme-digestif

C’est ainsi que de nombreux fumeurs peuvent se plaindre à un moment donné d’acidité gastrique qui elle-même peut engendrer des ulcères tant au niveau de l’estomac, qu’au niveau de l’intestin.

Ces problèmes s’atténuent souvent avec l’arrêt, même si au début du sevrage on peut avoir la sensation d’être plus ballonné(e), plus constipé(e) mais ces symptômes ne sont que temporaires 😉

Share

Tabac et dysfonction érectile

dysfonction-erectile

Amis fumeurs (et bientôt ex-fumeurs ;-), je ne peux malheureusement pas trop vous rassurer sur le sujet L
Etant tabacologue mais aussi sexologue, c’est un fait indéniable que le tabac, sur la durée, peut entraîner l’apparition de troubles érectiles vers 40-50 ans.
C’est vrai que le problème est multifactoriel, mais toujours est-il que fumer cause des altérations au niveau vasculaire et notamment auprès des artères honteuses (désolée pour le nom, il ne vient pas de moi ;-). La conséquence en est une diminution de l’apport de sang dans le pénis et donc une érection plus faible.

Si on prend l’ensemble des personnes souffrant de troubles érectiles, près de 80 % d’entre elles fument!

Il y a même des expériences qui ont été menées, permettant de mesurer la pression intracaverneuse (au niveau du pénis) avant et après avoir consommé deux/trois cigarettes. La pression constatée après est moindre de 30% !

Share

Fumer et prendre la pilule : Quels risques ?

La cigarette et la pilule ne font malheureusement pas bon ménage.
A la base, le statut hormonal de la femme la protège plus ou moins des troubles vasculaires. Le tabac touche à cette protection et entraîne un risque accru de thromboses veineuses et d’athérosclérose.
Il ne fait aujourd’hui aucun doute que le tabac augmente de manière significative les risques cardio-vasculaires. Bien sûr, d’autres facteurs vont entrer en ligne de compte comme l’hérédité et l’hygiène de vie mais tous ces facteurs vont se potentialiser les uns les autres.

Sur le plan veineux, les risques les plus importants sont la phlébite et l’embolie pulmonaire. Si la phlébite survient le plus souvent dans les membres inférieurs, le caillot peut ensuite malheureusement remonter vers les poumons et entraîner une embolie pulmonaire qui elle-même, si elle n’est pas traitée à temps, peut être mortelle.

Sur le plan artériel, on retrouve plus d’accidents vasculaires cérébraux chez les femmes fumeuses. Ce risque est ensuite considérablement multiplié si la femme est migraineuse et sous contraception orale !

Si arrêter le tabac vous semble trop difficile pour l’instant, songez à envisager une autre contraception afin de limiter au mieux les risques 😉

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share