Bupropion (Ziban), Varénicline (Champix) : Aide efficace ou risquée ?

Dans quels cas, les traitements médicamenteux d’aide au sevrage sont-ils indiqués ?
Quels sont leurs dangers éventuels ?
Quels sont leurs atouts ? 

Principes de base :

 Même si les molécules sont quelque peu différentes, ils font tous deux partie de la gamme des antidépresseurs et l’idée est la même :

  • Soulager, diminuer les symptômes de manque.
  • Diminuer le plaisir à fumer en agissant sur le système de récompense.

Le Ziban est plus ancien ; le Champix, plus récent serait davantage efficace.
De là à savoir s’ils sont vraiment plus efficaces que les substituts nicotiniques, le débat reste fortement ouvert.

Débat essentiel, car ces deux médicaments sont actuellement très controversés et très surveillés.

Bien supportés :

Ils augmentent les chances de réussite à long terme (selon la durée du traitement).
Ils limiteraient également les compensations vers la nourriture durant le sevrage.

Mal supportés :

Les risques décrits sont loin d’être anodins ; ont été relatés :

  • Humeur dépressive, tendances suicidaires.
  • Réactions agressives.
  • Réactions allergiques parfois graves.
  • Troubles cardiaques, risque d’infarctus.
  • Modifications inhabituelles du comportement.
  • Confusion mentale.
  • Troubles du sommeil.

Plus précisément :

Le bupropion (Ziban) est à éviter

  • En cas d ‘allergie à la molécule.
  • Si vous prenez un autre traitement à base de cette molécule (cfr Wellbutrin).
  • En cas de troubles du comportement alimentaire actuels ou anciens.
  • Si vous prenez des antipsychotiques.
  • Si vous avez des antécédents psychiatriques.
  • Si vous êtes en sevrage d’alcool.
  • Si vous souffrez de troubles convulsifs.
  • Si vous souffrez de troubles hépatiques.
  • Si vous souffrez de troubles rénaux.
  • Si vous avez des antécédents de troubles crâniens.
  • Si vous avez du diabète et vous prenez de l’insuline.
  • Si vous êtes enceinte.

La Varénicline (champix) est à éviter :

  • En cas d’antécédents psychiatriques ou de troubles actuels
  • Si vous avez une activité où la concentration est essentielle (conducteurs, pilotes…)
  • En cas de troubles cardiovasculaires
  • En cas de troubles bipolaires, schizophrénie, dépression majeure
  • En cas d’insuffisance rénale
  • Si vous êtes enceinte

Faites appel à votre médecin si vous voyez apparaître :

  • De l’agitation, de l’anxiété, de la confusion, des éruptions cutanées, des hallucinations, des évanouissements, des maux de tête intenses, des pensées paranoïaques, une montée de la tension artérielle, des troubles hépatiques…

Maintenant, il est clair les effets du sevrage se combinent à des symptômes préexistants et aux effets du traitement et qu’il est parfois difficile de faire la part des choses entre ces 3 composantes.

Conclusion :

Il n’y a toujours pas de solution miracle et instantanée pour arrêter de fumer.
Si vous optez pour ce type de traitement, n’hésitez pas à discuter longuement avec votre médecin et à bien repréciser votre bilan de santé et vos antécédents médicaux.
Calculez la balance bénéfices-risques et dans la mesure du possible privilégiez les substituts nicotiniques.
Veillez toujours à bien vous faire suivre tant sur le plan médical que sur le plan psychologique. Ne prenez pas votre sevrage à la légère, il s’agit d’un projet de vie important pour vous.
Évitez l’achat de ces molécules sur internet et ce pour deux raisons : parce que être suivi(e) est essentiel et aussi pour éviter les contrefaçons qui en augmenteraient la dangerosité.
Enfin, si vous choisissez cette option, veillez à respecter scrupuleusement les consignes et dosages.

Je vous souhaite une semaine où vous prenez bien soin de vous 😉

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.