Utilisation de l’hypnose Ericksonienne

« Adjoindre l’hypnose au traitement ; c’est gagner en efficacité et écourter la thérapie »
Arooz, (1980)

Parmi les différents outils qui existent sur le terrain, nous nous pencherons plus particulièrement ici sur l’hypnose de type Ericksonienne.
En effet l’hypnose s’avère un outil thérapeutique efficace dans différents problèmes et notamment dans le cadre du sevrage tabagique.
Voyons donc plus en détail de quoi il s’agit !

Un postulat de base fondé sur une vision positive

Erickson, à la base de cette technique, postule qu’il existe en chaque individu des mécanismes guérisseurs dont on peut faciliter la mise en action. En stimulant la créativité du patient, celui-ci pourra développer de nouveaux comportements et trouver de nouvelles solutions.

Les principes de l’hypnose Ericksonienne ou nouvelle hypnose

  1. L’hypnose thérapeutique ou nouvelle hypnose prend nettement ses distances par rapport à l’ancienne hypnose qui s’appuyait sur l’autorité directive pour déclencher des comportements de soumission, d’obéissance à des injonctions. Elle n’utilise plus ni la fascination, ni la séduction et ne vise plus à « briser des résistances », ce que faisaient à coup sûr les hypnotiseurs de foire ou de music-hall.
  2. L’hypnose induit auprès du patient un état de conscience intermédiaire entre veille et sommeil : c’est un état de conscience modifié. Le patient garde le contrôle de ses actes et l’intégrité de son libre arbitre : l’hypnothérapeute Ericksonien n’impose rien.
  3. L’hypnothérapeute fera un usage important de la métaphore thérapeutique (histoires, contes, paraboles, images, images symboliques…) en partant de la représentation du monde du patient.

Le but est clairement d’amener la personne à s’ouvrir à des ressources et des potentialités non encore explorées jusque-là, qui lui permettront d’inventer et d’expérimenter de nouveaux comportements capables de soulager la tension et le tourment.

Share

Le sport réduit-il la toxicité du tabac ?

Et bien non mes amis 🙁 !

Le sport ne va aucunement vous aider à éliminer les composés toxiques des vos cigarettes.

Le sport ne peut donc pas être un alibi pour pouvoir fumer plus !

Pratiquer une activité physique est bon pour votre santé mais ne protège en rien des effets néfastes du tabac.
La seule différence : c’est que vos capacités sportives vont être moindres que si vous étiez non-fumeurs. Et ce pour deux raisons : une sous-oxygénation musculaire d’une part et l’effet irritant de la fumée sur les voies respiratoires d’autre part.

Les sportifs fumeurs ont un taux de CO2 plus élevé dans le sang et une fréquence cardiaque plus importante. La conséquence en est une moindre résistance à l’effort !

Et d’ailleurs, vous verrez, une fois libéré(e), comme votre souffle reviendra en flèche et comme vos performances seront meilleures !

Maintenant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : ce n’est pas parce que la sport ne change rien à votre tabagisme que vous devez rester sans bouger 🙂

Alors n’hésitez pas à vous mouvoir un peu 🙂 !

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même.

Share

Petit bilan de départ avant le sevrage ☺

Voilà, petit bilan de départ à télécharger, car s’il est important de savoir où l’on va, il est tout aussi important de savoir d’où l’on part 🙂
Si vous voulez partager vos impressions, n’hésitez pas à me laisser un commentaire !

Douce journée à vous,

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

 

Share

Effets du tabagisme sur notre estomac et nos intestins ☹

Premier constat, les ulcères gastro-intestinaux sont plus fréquents chez les fumeurs.
En fait, la nicotine inhalée avec la fumée favorise d’une part, les sécrétions acides et d’autre part, freine les sécrétions tampons du pancréas qui pourraient atténuer cette acidité (je vous épargne ici tous les processus biochimiques en jeu et les termes scientifiques ;-).

La nicotine inhibe également la fabrication par notre muqueuse gastrique d’éléments antiulcéreux. Ce qui est plutôt embêtant en cas de traitement, car l’action des médicaments s’en trouvera diminuée. On aura donc également un taux de récidive plus élevé.

systeme-digestif

C’est ainsi que de nombreux fumeurs peuvent se plaindre à un moment donné d’acidité gastrique qui elle-même peut engendrer des ulcères tant au niveau de l’estomac, qu’au niveau de l’intestin.

Ces problèmes s’atténuent souvent avec l’arrêt, même si au début du sevrage on peut avoir la sensation d’être plus ballonné(e), plus constipé(e) mais ces symptômes ne sont que temporaires 😉

Share

Les patchs : pour ou contre ?

cigarettes

Vous avez du mal sans nicotine ?
Vous optez pour des substituts nicotiniques sous forme de patchs ?
Voici quelques infos qui peuvent vous être utiles…

Tout d’abord, comment fonctionnent les patchs ?

Peu importe la marque, le principe est le même : diffuser de façon lente la nicotine à travers la peau pour qu’elle atteigne la circulation sanguine.
Le patch est posé le matin pour être ensuite enlevé au coucher (du moins pour ceux de 16h).
Pour une efficacité maximale, il est préconisé de le mettre sur une partie bien vascularisée et sans poils 😉 : la face externe du haut des bras par exemple.

Si vous êtes un grand sportif avec une transpiration intense : mieux vaut choisir d’autres formes de substituts nicotiniques 😉

La dose prise correspond à la dose totale délivrée en continu (16 heures ou 24heures).
Le dosage est sélectionné en fonction du nombre de cigarettes qui étaient fumées.
Si votre consommation était intense, généralement on commence avec les patches les plus dosés et on réduit progressivement sur une durée aux alentours de 3 mois (parfois plus).

Share

S’auto-motiver par le questionnement socratique !

Avant ou au cours d’un sevrage, il arrive fréquemment qu’une attaque massive de pensées négatives ou dévalorisantes vous assaille !

Vous voyez certainement ce que je veux dire mais en voici l’un ou l’autre exemple pour le plaisir :

« J’ai jamais réussi lors des précédents sevrages, je n’y arriverai donc jamais »
« Je suis nul(le) et incapable de rigueur : alors, à quoi bon ? »
« Je ne suis pas à la hauteur »

Quand cette armée de pensées néfastes fait son apparition, soufflez un bon coup, posez-vous, prenez un carnet et un stylo et réfléchissez aux questions suivantes :

« Quelle preuve ai-je que c’est impossible ? »
« Où est la preuve concrète que je ne réussirai pas cette fois-ci »
« N’ai-je pas de nouveaux outils à ma disposition pour m’en sortir ? »

Share

Tabac et dysfonction érectile

dysfonction-erectile

Amis fumeurs (et bientôt ex-fumeurs ;-), je ne peux malheureusement pas trop vous rassurer sur le sujet L
Etant tabacologue mais aussi sexologue, c’est un fait indéniable que le tabac, sur la durée, peut entraîner l’apparition de troubles érectiles vers 40-50 ans.
C’est vrai que le problème est multifactoriel, mais toujours est-il que fumer cause des altérations au niveau vasculaire et notamment auprès des artères honteuses (désolée pour le nom, il ne vient pas de moi ;-). La conséquence en est une diminution de l’apport de sang dans le pénis et donc une érection plus faible.

Si on prend l’ensemble des personnes souffrant de troubles érectiles, près de 80 % d’entre elles fument!

Il y a même des expériences qui ont été menées, permettant de mesurer la pression intracaverneuse (au niveau du pénis) avant et après avoir consommé deux/trois cigarettes. La pression constatée après est moindre de 30% !

Share

Principes de base pour garder le cap !

« Tout ce sur quoi on porte son attention grandit »

Si vous portez votre attention sur les difficultés du sevrage, elles grandissent…
Si vous portez votre attention sur votre bien-être, il grandit 😉

Bien-être

Il est parfois plus aisé d’introduire des nouvelles habitudes saines que de se focaliser à supprimer une habitude malsaine. Mettez votre esprit en mode « solutions » et pas en mode « problèmes » !

Je n’ai pas dit non plus qu’il fallait révolutionner toutes vos habitudes, vous savez comme moi que les grandes résolutions de nouvel an tombent souvent à l’eau car le changement est trop brusque.

La politique des petits pas est bien plus efficace qu’on ne le croit.

Share