L’anorexie peut-elle être considérée comme une addiction ?

Le débat est toujours ouvert mais de plus en plus d’études convergent vers cette hypothèse.
Le tout est de voir quel point de départ on prend…

Si on part de l’idée que l’anorexie est basée sur une phobie de grossir, la réponse est non.
Si on part de l’idée que l’anorexie est axée sur un désir/un plaisir de la minceur, la réponse pourrait être oui.

Voyons cela plus en détails…

1) Petit rappel : l’anorexie

Cfr article sur mon blog sur les troubles alimentaires

https://blogs.toutestpossible.be/se-liberer-des-troubles-alimentaires/category/les-differents-troubles-du-comportement-alimentaire/page/2/

Voyons d’abord en détails les critères repris par les manuels (CIM-10)

  • Perte de poids ou incapacité à en prendre conduisant à un poids au moins inférieur de 15% du poids normal (IMC < 17,5)
  • La perte de poids est provoquée par le sujet qui évite les aliments « qui font grossir »
  • Perception de soi comme étant trop gros, avec peur de grossir.
  • Trouble endocrinien diffus : aménorrhée (absence ou disparition des règles chez les filles)

Share

L’addiction aux tentatives de suicide est-elle possible ?

Et la réponse est malheureusement « oui » même si ce phénomène est assez rare. Il ne s’agit pas ici de tentatives de suicide qui peuvent ponctuer une vie à 2 ou 3 reprises lors d’épisodes de dépression profonde ou de désespoir.
Cet article vise une compréhension du phénomène en tant qu’addiction proprement dite.

1) Pourquoi une addiction ?

A la base, on aura une personne en proie à de grosses difficultés interpersonnelles, ayant un trouble identitaire et avec un sentiment de vide intérieur abyssal.

Ensuite :

  •  Le passage à l’acte est répétitif et se produit par cycle.
    L’aspect cyclique n’apparaît pas toujours de façon évidente au début. Souvent c’est une expérience précise qui va servir de déclencheur voire de révélateur.
  • La personne ne parvient pas à résoudre son malaise par d’autres moyens.
  • L’acte suicidaire est perçu comme le moyen ultime de sortir de son état soit via le moyen utilisé (médicaments, mutilation) soit par l’état engendré (torpeur, apesanteur, perte de conscience, disparition momentanée de la souffrance…)

Share