Anorexie, boulimie et grossesse : Impact de l’une sur l’autre et vice versa !

Est-ce que le fait de souffrir de troubles alimentaires peut impacter une grossesse ?
Inversement, est-ce que le fait d’être motivée par l’enfant à naître peut aider à freiner ces troubles ?
Quid de ce que vit le fœtus ?

Voici les quelques questions auxquelles nous allons tenter de répondre.

Le début : la question de la fertilité

La femme qui souffre d’anorexie se retrouve souvent sans cycle menstruel et ce de part un poids insuffisant et d’autre part en raison d’une pratique sportive souvent très intensive.
Néanmoins, si sa fertilité est fortement touchée, elle n’en est pas pour autant nulle. Il suffit d’une période de rémission partielle ou d’une ovulation spontanée en dehors de tout cycle menstruel pour que cette capacité se réactive quelque peu.
Il reste que, en général, les taux de LH et FSH sont souvent précaires.
Si grossesse il y a, la restriction alimentaire reste relativement présente et les apports lipidiques sont nettement insuffisants.

La femme souffrant de boulimie (voir article sur la boulimie : mettre un lien), peut aussi voir ses possibilités d’être fertile impactées par son trouble.
En effet, même si son poids est souvent adéquat, des perturbations sont parfois présentes au niveau des règles et le risque d’ostéoporose est plus grand.
Si grossesse il y a, le fait de se faire vomir reste souvent présent avant, pendant et après..
Les enfants s’en rendront d’ailleurs vite compte plus tard…
Notons que les contractions du diaphragme causées par les vomissements restent dangereuses pour le bébé et peuvent entraîner des retards de croissance ou un accouchement prématuré.

Des traitements peuvent aider en cas de problème de fertilité.
Des stimulations auront alors lieu : les patientes souffrant de boulimie y répondent mieux que celles qui sont dans la restriction pure.

Remarquons que les hommes souffrant d’anorexie voient également leur fertilité dégringoler ainsi que leur taux de testostérone chuter (voir article « De l’importance de la testostérone »)

Share