Les raisons psychiques qui empêchent l’orgasme tant convoité chez la femme

Nous avons vu lors d’articles précédents ce qui pouvait favoriser l’accessibilité au feu d’artifice qu’est l’orgasme. Nous avons également montré qu’il pouvait y avoir une vaste palette de plaisirs même si l’orgasme n’atteignait pas son apogée.
Aujourd’hui, c’est sur les freins à l’orgasme que nous allons nous pencher.
Nous allons commencer par les blocages psychiques, nous aborderons les freins physiques dans notre prochain article.

Mais pourquoi certaines femmes ont-elles du mal à jouir pleinement ?

Les raisons sont souvent multifactorielles et nous allons les brosser ensemble.

Je précise que je ne parle pas ici des femmes jeunes qui doivent encore explorer leur corps et les délices de la sexualité. L’orgasme prend parfois son temps pour se laisser découvrir. L’expérience vient avec le temps, avec l’âge.

La base éducationnelle et les parents 

  • Si certaines familles sont très ouvertes sur le sujet, d’autres voient encore ce domaine comme étant tabou.

              Pour d’autres encore, aucun message ne sera véhiculé : ni en positif, ni en négatif.

  • La religion et sa place au sein de la famille peut elle aussi générer des sentiments de culpabilité face au plaisir charnel.
  • Pour peu que vous vous masturbiez durant votre jeunesse et que vous ayez été surprise, l’attitude de vos parents va là aussi jouer considérablement et pourra créer le nid d’un sentiment de honte envers le plaisir.
  • Le discours tenu par la mère sur les hommes peut également engendrer une méfiance envers la gente masculine s’il est négatif. Méfiance qui rendra plus difficile l’abandon à l’autre. Or l’orgasme nécessite cette aptitude !
  • Ce qui nous permet d’embrayer sur le rôle du père : un père peu sécurisant peut de même susciter une difficulté à se laisser aller plus tard avec un partenaire. Idéalement le père doit pouvoir montrer à sa fille qu’un homme est capable d’être soutenant et fiable.

Petite remarque par rapport à ce qui vient d’être dit : il ne s’agit pas  ici de faire le procès de vos parents. Dans tous les cas, ils ont fait ce qu’ils pouvaient en fonction de leurs propres valises ! Il est clair que si votre mère a été abusée ou malmenée par les hommes, cela ne va pas favoriser un discours positif sur  eux. De la même manière, un père en souffrance aura du mal à être très sécurisant pour ses proches. Le but est ici de comprendre ce qui peut se jouer dans votre propre sexualité pour pouvoir ensuite avancer et évoluer.

Un traumatisme sexuel ou vécu comme tel durant l’enfance ou l’adolescence 

Attouchements, viol, inceste…Auxquel s’ajoutent malheureusement souvent une culpabilité qui, même si elle n’a pas sa raison d’être, est belle et bien là en souterrain.

Non seulement ces blessures peuvent empêcher l’accès au plaisir mais elles peuvent aussi bloquer le désir ou entrainer un problème de vaginisme.

Une image désastreuse de l’homme :

Soit véhiculée dans les messages parentaux.

Soit conséquente à des expériences toxiques vécues à l’âge adulte.

Soit en lien avec le père.

Difficile en effet de se donner à un homme si on en a une image méprisante.

Une estime de soi défaillante et une image corporelle au ras des pâquerettes

Comment faire de son corps un objet de plaisir alors qu’on le critique en longueur de temps ?

Compliqué en effet de se laisser aller aux sensations agréables si on passe son temps à trouver la position qui cachera le petite ventre ou telle autre partie détestée de son anatomie !

Ayez confiance en vous et dans le fait que l’autre ne vous voit pas avec les mêmes yeux critiques que vous ! Misez sur vos atouts et laissez votre corps vivre l’instant présent.

Un contentieux dans le couple !

  • Une colère refoulée qui fait que l’on ne veut pas offrir à l’autre le cadeau de l’abandon.
  • Un besoin de s’affirmer, de prendre le dessus voire carrément de prendre le pouvoir.
  • Pour manipuler et obtenir quelque chose.
  • Pour marquer son indépendance (ex de certaines femmes particulièrement féministes)

Des peurs diverses et variées :

  • Peur de l’intimité due à un passé où d’une manière ou d’une l’autre on s’est sentie envahie, dévorée dans une relation.
  • Peur d’avoir mal ou d’être blessée.
  • Peur d’un pénis perçu comme étant trop grand ou trop gros.
  • Peur d’être vulnérable face à l’homme.
  • Peur du regard de l’autre, peur du ridicule dans l’expression du plaisir.
  • Peur de faire quelque chose de mal par rapport à une croyance religieuse.
  • Peur de la perte de maitrise au cours d’un orgasme perçu comme plus fort que soi.
  • Peur d’être considérée comme une fille légère qui se donne facilement.
  • Peur de ne pas être à la hauteur et de ne pas atteindre l’orgasme …Ce qui de facto bloque l’accès au plaisir car la personne est trop sous pression.

Stress, épuisement, surmenage…Cortège du quotidien :

Pour peu que vous soyez hypersensible, que votre cerveau parte dans dix milles idées la minute…
Pour peu que vous ayez une tendance anxieuse et que vous soyez à votre seuil d’énergie le plus bas…

Il est clair, que tous ces facteurs vont rendre l’accession à l’orgasme plus ardu puisque l’esprit et l’élan ne sont pas au rdv !

Conclusion :

Quelle que soit la raison qui vous bloque ne vous laissez pas emporter par la croyance que vous êtes nulle, frigide, ou que le plaisir n’est pas pour vous !

Chacune de ses causes a ses solutions, certaines mettront plus de temps que d’autres à être traitées certes, mais c’est possible !

Ne partez pas non plus avec l’idée que l’orgasme est obligatoire :  l’occasion de relire l’article sur les différents types de plaisirs en cliquant sur le lien suivant 🙂 :

De la jouissance à l’orgasme féminin : une infinie palette de plaisir

Ou encore :

Le plaisir chez la femme : les 4 incontournables !

Sur ce, je vous souhaite une semaine où le plaisir sous toutes ses formes est au rv !

Florence

Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.