Le toucher, nourriture essentielle de notre équilibre!

Si les enfants et les personnes âgées en ont particulièrement besoin, il concerne tout individu quelque soit son âge.
Qu’on l’aime ou qu’on le rejette, le toucher fait indéniablement partie de notre quotidien de la naissance jusqu’à notre mort et son effet équilibrant (tant psychique que physique) n’est plus à démontrer.

Mais pourquoi est-il si important ?
Quels sont ces multiples bienfaits ?

Le toucher et l’amour :

Si certains se sentent à l’aise avec le contact, d’autres en semble effrayés de part leur vécu, leurs bagages.

Et pourtant, un contact tactile régulier au sein d’un couple va considérablement contribuer à l’entretien de l’amour et à une grande variété de plaisirs.
Le simple fait de s’étreindre a un effet sur le corps et l’esprit !
Se toucher, s’embrasser, se caresser, favorisent une libération d’ocytocine dans l’organisme (aussi nommée hormone de l’attachement).

Cette hormone n’a d’ailleurs pas pour seule fonction de favoriser les sentiments, elle contribue également à développer la confiance en soi et l’empathie. Et cerise sur le gâteau, elle a aussi un effet calmant par excellence.
Certaines études vont jusqu’à affirmer qu’elle favoriserait l’accès à l’orgasme.

Aucune raison donc de s’en priver 😉
Et pourquoi pas faire d’une pierre deux coups ? : exprimer des mots doux à l’autre en joignant le geste à la parole…

Souvenez-vous, au début, dans l’état amoureux : on aime particulièrement se toucher, se tenir par la main, se faire un bisou, se caresser. Une multitude de petits gestes qui apportent un sentiment de plénitude, une reconnaissance, une sensation d’exister.

Les actes de tendresse sont des baumes anti-crises, anti-séparations et même antidouleurs : n’hésitez plus à y avoir recourt !

Il arrive malheureusement souvent que ces gestes se perdent dans la tourmente du quotidien affectant ainsi  l’harmonie du couple. Même le bisou du matin ou du soir passe à la trappe, la tendresse se perd, le lien s’effiloche.

Avoir du mal à toucher son corps ou à laisser l’autre y accéder, c’est laisser son corps en mal d’amour. Le risque est alors accru de développer une maladie qui amènera le corps à être touché au travers des soins médicaux ou de la kiné. Le manque est alors à la source de toute une série de maux.

Car si le toucher sert à démontrer et à faire sentir son amour dans le couple, il sert aussi à apaiser, rassurer, favoriser la confiance, stimuler le système immunitaire.

Voyons cela plus en détails 😉

Share

Quand l’homme complexe sur la taille de son sexe…

Et oui ! Une fois de plus, il n’y a pas que les femmes qui ont des tracas avec leur image corporelle ! Les hommes aussi connaissent leurs petits complexes et se sentent parfois freinés par l’image qu’ils ont d’eux-mêmes ou de leurs capacités sexuelles.

Que nous soyons de sexe féminin ou masculin, notre image corporelle s’est construite dès notre enfance en fonction de nos expériences et des remarques valorisantes ou pas que nous avons reçues.

Pour maximiser son épanouissement sexuel, il importe de se sentir bien dans son corps, de le considérer avec bienveillance, d’apprivoiser ses petits défauts.

Homme ou femme, s’aimer soi-même est un passage important pour vivre au mieux sa sexualité.

Une obsession courante : la taille du pénis

Cette préoccupation est très fréquente et cause parfois de grandes souffrances allant de la honte à montrer son corps à l’évitement de toute relation au profit de la masturbation seule.

Et pourtant :

D’abord, il ne faut pas confondre un sexe au repos avec un sexe en action 😉
Inactif, la taille peut varier entre 4 et 12 cm, avec une moyenne autour de 9 cm.
En érection, le pénis peut s’étendre dans une fourchette allant de 13 à 16 cm, avec une moyenne plutôt de l’ordre de 13 cm.

Donc, pas la peine mettre le focus sur sa taille au repos, elle ne prédit en rien de vos capacités en action !
Quand au vagin de la femme, il n’a pas besoin d’un gros pénis pour être réceptif au plaisir. Certaines éprouvent même des douleurs face à un sexe trop bien nanti !

Il est dès lors dommage de vous gâcher la vie avec « une représentation que vous vous faites » alors que dans le réel vous pouvez être parfaitement opérationnel et sensuel !

Parfois en consultations, les hommes expriment qu’ils préfèrent une femme avec quelques kilos de trop mais qui les assume qu’une femme super mince qui complexe et se ferme.
Et bien, il en est de même pour vous messieurs 😉 , ce n’est pas le fait d’avoir un petit pénis qui va jouer mais bien l’attitude que vous allez dégager ! Alors redressez la tête, les épaules et dégagez le meilleur de vous-même.

Pas la peine non plus de lorgner avec jalousie les stars du porno : ils sont loin de représenter la majorité de la nature humaine 😉

Conclusion :

Tout ce sur quoi vous portez votre attention grandit !
Sur quoi voulez-vous porter votre regard ? Sur vos « défauts » ? Ou sur vos qualités ?
Mettre une loupe sur ce que vos n’aimez pas en vous ne vous sera d’aucune utilité : valorisez vos points forts et soyez bienveillant envers les parties de votre corps qui vous plaisent moins !
Considérez vous comme un être à part entière qui vaut la peine d’être connu !

Concentrez-vous plutôt sur la façon de vous servir de votre sexe que de vous tracasser de sa taille 😉

Sur ce, je vous souhaite plein de moments heureux où vos complexes seront mis au placard !

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Les Zones érogènes de l’homme : un territoire plus vaste qu’on ne le pense ;-)

Si tout le monde est relativement d’accord pour dire qu’il y a plusieurs zones érogènes chez la femme, on a par contre tendance à sous-estimer celles de l’homme.

Tout d’abord rappelons ce que nous entendons par zones érogènes : il s’agit des parties de notre corps qui de part leurs récepteurs sensoriels sont plus réceptives aux caresses.

Une condition est cependant nécessaire pour y accéder, c’est que la personne elle-même s’ouvre à cette réceptivité. Sans lâcher prise, les sensations resteront minimales. C’est donc la combinaison de ces récepteurs à un certain abandon pendant l’acte qui va générer des sensations particulièrement agréables.

Revenons maintenant à l’homme : Non mesdames, il n’y a pas que son pénis qui soit réceptif !

On peut distinguer deux types de zones érogènes :

– Celles dites primaires : il s’agit des organes dont une stimulation suffisante est nécessaire pour  entraîner l’orgasme… À savoir la région du pénis, gland, frein.
Ou encore pour certains la région de l’anus, de la prostate et du rectum.

– Celles dites secondaires : c’est-à-dire d’autres régions de la peau ou d’une muqueuse dont la stimulation va réveiller les zones primaires. Il s’agit alors d’une réaction en chaîne qui va amplifier l’excitation et le plaisir.
Si elles potentialisent l’extase, elles ne sont pas en soit indispensables pour procurer un orgasme. Disons que c’est du bonheur en plus 😉

Mais soyons plus concret et citons quelques exemples :

Bon, effectivement, chez l’homme les zones secondaires restent quand même aux alentours de leur zone primaire : face interne du haut des cuisses, la région autour de l’anus, les bourses…

Mais pas que !

Leurs mamelons sont également dotés d’une grande sensibilité !
Tout comme les lèvres, la nuque, le lobe des oreilles, les fesses…
En fait tout dépend de comment l’homme a appris à érotiser son corps y compris durant ses masturbations. Un homme qui ne s’est jamais occupé que de son gland aura moins conscience de ses autres zones érogènes que celui qui tout en se masturbant (une seule main suffit 😉 se caresse également le reste du corps !

Bien sûr la sensibilité générale propre à chacun va jouer aussi : il y a des gens  qui sont d’emblée plus sensibles à tout ce qui est tactile.

Toujours est-il que pour l’homme comme pour la femme, apprendre à découvrir son corps et ses subtilités peut être à l’origine de découvertes plus qu’intéressantes 😉
Pour cela, il importe de prendre le temps, même durant les masturbations, de caresser son corps en différents endroits et d’être à l’écoute de ses sensations et ce sera un territoire inconnu qui s’ouvrira à vous.

Conclusion

Tout votre corps messieurs peut receler des sensations agréables ! Prenez le temps de l’explorer pour vous ouvrir à un monde de sensations nouvelles encore plus intenses.
En sachant que in fine, ce sera quand même toujours votre cerveau qui sera au centre de votre désir et qui mettra en action les hormones sexuelles 😉

Bonne découverte à tous 😉

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

Share

Sexfriend, un deal moins simple qu’il n’y paraît !

Vous ne vous sentez pas prêt(e) à vous engager ?
Vous voulez vivre de bons moments sans prise de tête ?
Vous ne voulez plus entendre parler de la notion de couple mais vous avez des besoins ?
Vous vous dites que le concept de sexfriend est la solution miracle ?

Oui mais…

Tout d’abord, je tiens à préciser que mes articles ne visent pas à prôner un style plutôt qu’un autre mais bien à comprendre la nature humaine dans sa diversité de choix.
Et c’est dans cette lignée que nous allons aborder aujourd’hui ce phénomène de sexfriend qui est encore bien vivant de nos jours même s’il n’est plus à son apogée.

Entre un simple rancard et une vie de couple installée et stable, il existe au moins 50 nuances de modalités entre les deux 🙂

Citons par exemple :

  • Le recours au sexe pur et dur : de multiples applications existent de nos jours en la matière…il suffit d’un clic pour  trouver quelqu’un et pouvoir satisfaire ses besoins.
  • Les amants : on n’est pas en couple mais on tient malgré tout l’un à l’autre, on est plus que  de simples amis, on fait l’amour dès qu’on peut mais le tout est vécu comme une bulle à part du quotidien et des familles respectives.
  • Le polyamoureux : il a certes deux ou plusieurs relations mais chacune étant investie avec un certain « amour » et pas simplement comme une amitié où la sexualité vient s’insérer de temps à autre. Généralement le polyamoureux assume son choix  et chaque relation est vécue avec des moments de partage que ne sont pas purement sexuels.
  • Faire l’amour avec l’ex : on n’a pas su s’entendre au quotidien mais le sexe lui fonctionnait plutôt bien…et on remet le couvert !
  • ……

Et sexfriend alors ? De quoi parle-t-on ?

Il se situe à la croisée d’un coup d’un soir, d’une relation d’amitié, d’un besoin d’affinités quand même et une soif de liberté. Ouf ! Pas simple !
En gros, le/la sexfriend n’est pas un(e) simple ami(e), ce n’est pas un partenaire que l’on va présenter à son entourage. On peut être complice, on va faire l’amour mais l’idée est de supprimer les attentes et les prises de tête. Quant à l’engagement, il n’est certainement pas à l’ordre du jour. En bref,  oui à des bons moments de sensualité, oui à une bonne complicité mais non aux projets et aux obligations.
Le sexfriend peut déjà faire partie de nos amis ou simplement de notre entourage (lieu de travail, salle de sport..). Ce type de rencontre peut également se faire sur le net.

Pourquoi avoir un(e) sexfriend ?

Parce qu’on est dans une période de désert sexuel mais qu’on n’est pas adepte des coups d’un soir sans complicité.
Dans cette période « sans », certains préfèreront attendre l’élu(e) de leur cœur, d’autres opteront pour le sexe rémunéré, d’autres encore testeront la formule sexfriend…

Share

Aimer sans se perdre…

Vous vous demandez comment rester vous-même dans une relation à deux ?
Vous avez du mal à déterminer la frontière entre concessions et soumission ?
Vous avez des difficultés à trouver un équilibre entre vos besoins et ceux de l’autre ?
Vous craignez le conflit et préférez vous taire sur ce qui est important pour vous ?

C’est à ce type de questions que nous allons tenter de répondre ensemble aujourd’hui …
Ou du moins apporter quelques pistes 😉

Je précise cependant que je n’aborderai pas ici le cas de relations toxiques basées sur une manipulation malveillante. Cela fera l’objet d’un autre article.
J’évoque simplement ce que beaucoup de couples peuvent connaître naturellement dans leur vie de par leurs blessures.

S’il y a bien une chose que l’école n’apprend pas c’est à aimer : aimer son être comme aimer l’autre. Dès lors, nous avons du nous dépatouiller avec nos valises, nos expériences.

Notre capacité à rester « entier » dans un couple va passer par différents filtres. Voyons un peu quelques-unes de ces influences :

  • La façon dont nous avons été aimé(e) durant notre enfance va incontestablement laisser une marque. Il ne s’agit nullement de culpabiliser ici nos parents : eux-mêmes ont fait du mieux qu’ils pouvaient avec leurs propres bagages et le plus souvent ils ont vraiment cru bien faire. Par ailleurs, plusieurs individus pourraient très bien vivre dans la même fratrie et ne pas souffrir de la même blessure. Chaque enfant aura ses propres points de sensibilité. Toujours est-il que si l’enfant ne s’est pas senti aimé de façon inconditionnelle, s’il a eu l’impression qu’il était apprécié en fonction de tel ou tel type de comportement, il y a fort à parier qu’une fois adulte il aura tendance à reproduire ces mêmes attitudes pour garder l’amour de l’autre quitte à s’oublier.Ex : éviter le conflit, ne jamais faire de vague, « être docile »…
  • La peur du rejet
    Elle fait aussi souvent partie de nos blessures d’enfance et peut se rallier au premier point évoqué. Dans ce cas, la personne évite de dire ce qu’elle a en elle ou ce dont elle a besoin pas peur d’être rejetée, abandonnée.
  • La peur de la solitude
    Certaines personnes ont du mal à être en compagnie d’elle-même et ont la sensation d’un vide immense. Elles sont par conséquent plus susceptibles de mettre leurs propres désirs de côté. Le plus important à leurs yeux étant d’être accompagnées sur les chemins de la vie même si pour cela, il y a un prix à payer.
  • La peur de paraître égoïste
    Et ce en lien avec les valeurs préconisées au sein de la famille ou au nom de certains principes religieux. Les « autres » sont alors automatiquement considérés comme devant passer avant nous.
  • Les valeurs véhiculées au sein de la culture dans laquelle on vit : chaque société a ses convenances, son idée de ce qu’il est bon de faire ou pas !
  • Les principes émis par un courant religieux auquel on adhère.
    Ou en tous cas les interprétations que l’on en  fait …
    Telle ou telle chose étant perçue comme « mal » ou « égoïste ».
    Sans compter la notion de « sacrifice » souvent idéalisée dans de nombreuses religions.
  • Le type d’enseignement scolaire peut aussi jouer son rôle dans notre conception de la vie et des relations humaines.
  • Le milieu socio-économique peut également influencer
    Il est souvent plus facile d’exister quand on ne dépend pas de l’autre financièrement et qu’on a les moyens de subsister.
Share

Quelques clés pour séduire…Ou savoir si l’autre est séduit(e) !

Vous manquez de confiance en vous ?
Vous ne savez pas comment aborder cette personne qui attire votre regard ou fait déjà battre votre cœur ?
Vous avez l’impression qu’une barrière psychologique vous bloque l’accès à la séduction ?
Vous voulez savoir si l’autre est intéressé(e) ?

Voici donc quelques pistes pour y voir plus clair 🙂

Aborder une personne ou être abordé(e) suscite chez la plupart d’entre nous un sentiment d’insécurité. Ce dernier sera d’autant plus fort que l’enjeu émotionnel est élevé : par exemple si vous êtes déjà fortement accro, si vous souffrez atrocement d’être seul(e) ou si vous avez une sensibilité particulière au « rejet ».

Cette barrière de sécurité est le plus gros obstacle à une séduction réussie.
Dans tous les cas, dites-vous bien que si ça ne marche pas, ce n’est pas votre personne en tant que telle qui est rejetée, c’est juste que la chimie n’opère pas et cet aspect des choses ne se commande pas.
Dans le même ordre d’idée, il est tout à fait normal de ne pas se sentir à l’aise si la personne qu’on aborde ou qui nous aborde est un illustre inconnu. Par réflexe, notre cerveau allume son signal « danger en cours ». Par conséquent, en cas de refus, votre seule faute est d’être un parfait étranger pour l’autre.

Les gestes gagnants :

Souriez

Incontestablement, sourire et être agréable sera toujours plus sexy que de tirer la tête et être renfrogné(e)

Passez régulièrement dans le champ de vision de l’autre

La personne qui vous intéresse est sur votre lieu de travail ou à votre salle de sport ou sur un lieu d’activité commun ?
Profitez-en pour passer plus souvent devant elle/lui, cette exposition régulière aura l’art de créer un sentiment de familiarité et fera baisser les barrières de protection. Même si vous ne vous êtes jamais adressé le moindre mot, vous passez du stade « étranger » au stade « familier ». Faites donc en sorte de vous croiser plus souvent, montrer que vous êtes là 😉
À noter cependant, que ce côté mobile (bouger pour être vu(e)) est davantage l’apanage des femmes. Les hommes sont souvent plus statiques dans leur séduction.
Souvent ils restent assis, regardent et mettent en avant l’un ou l’autre objet de « valeur » tels que GSM, clé de voiture, montre..
Les femmes feront plus souvent en sorte de passer devant l’homme qui les intéresse en allant pas exemple aux toilettes 😉

Établissez un contact visuel

Bon, pas la peine non plus de faire flipper l’autre en le fixant constamment comme un(e) psychopathe. Votre regard doit aller et venir sur l’autre très régulièrement…Un mouvement de va et vient régulier finira toujours par attirer l’attention 🙂

Mettez davantage en avant votre côté gauche du visage

Assez étonnamment, vous allez générer plus de sympathie ; Regardez les stars, vous constaterez que le plus souvent ils sont pris en photo en privilégiant leur côté gauche. C’est là un des principes du langage non-verbal.

Synchronisez-vous aux gestes de l’autre

J’ai dit synchroniser, j’ai pas dit singer ! Si vous imitez chacun de ses gestes au même moment, l’autre aura plutôt l’impression que vous vous foutez de sa gueule ! Par contre, rejoindre régulièrement l’autre dans sa posture, permet de créer une complicité inconsciente.

Mettez en avant vos atouts féminins/ masculins

Ayez une démarche et des gestes typiques de votre sexe.

Utilisez vos mains pour parler

Cela vous rendra plus vivant.

Pour les femmes

courbez légèrement la tête vers la gauche si vous voulez montrer votre intérêt et touchez de temps à autre vos cheveux.

Pour les hommes

Montrez votre gorge, cela donnera l’impression que vous êtes plus ouvert, vulnérable, accessible et la femme que vous convoitez sera moins sur la défensive.
En sortie, les femmes seront moins craintives si vous êtes déjà accompagné de copains.
Un homme seul qui drague à tous vents entrainera toujours plus de méfiance.

Favorisez des vêtements aux couleurs peps

Ils fonctionnent mieux pour attirer le regard. Les couleurs chaleureuses invitent plus vivement au contact

Share